ENSEMBLE, SAUVONS LES ABEILLES !

POURQUOI SAUVER LES ABEILLES ?

Selon certaines sources, en France, la population des abeilles baisse de 30% chaque année. A ce rythme, elle sera divisée par 100 en seulement 13 ans ! Vision excessivement pessimiste ? Peut-être. Mais il est certain que les abeilles, sauvages comme d'élevage, se raréfient.

 

Or sans abeille, il n'y aura plus de vie possible. 80% des fruits et légumes composant notre nourriture ont besoin des abeilles pour fructifier. De nombreux mouvements sont à l'œuvre au niveau national pour défendre ces insectes. Nous aussi, nous pouvons et nous devons agir au niveau local. Ceci implique que chacun de vous accepte quelques choix faciles à mettre en œuvre.

Pensez aussi qu'en sauvant les abeilles, vous sauvez aussi... les papillons !

Osmie IMG_1805.JPG

Cliquez sur les petites photos pour les agrandir !             =>

Halicte

ici, une osmie rousse. Cette abeille sauvage pond ses œufs au printemps dans les trous laissés par différents xylophages.

Les nouvelles abeilles ne sortiront qu'au printemps suivant, (d'abord  les mâles, puis les femelles). Entretemps, la génération précédente aura totalement disparu.

COMMENT POUVEZ VOUS SAUVER LES ABEILLES ? 

Donnez leur à manger : plantez des plantes mellifères dans vos jardins, sur vos terrasses !

La polyculture d'autrefois, cherchant à nourrir les hommes tout au long de l'année, garantissait à nos amies butineuses des nombreuses floraisons dès la fin de l'hiver, jusqu'à la fin de l'automne.

L'agriculture d'aujourd'hui ne leur offre plus cette nourriture autrefois présente quasiment tout au long de l'année. Chacun d'entre nous peut cependant fournir un peu de ce qui manque.

Pour l'hiver, la bruyère fleurit de novembre à avril. C'est une merveilleuse source pour les abeilles, qui n'en ont guère d'autres (le miellat de sapin) de novembre à février. Vous aurez peut-être la chance, comme cette année, de voir des abeilles butiner vos bruyères alors que les fleurs sont partiellement recouvertes de neige.

                       La bruyère est à peu près la seule source de

                       nourriture des abeilles entre le début du

                       mois de novembre et le mois de février.

En février, les saules, les noisetiers leur offrent du pollen

à foison. C'est idéal car la Reine reprend la ponte, et ce

pollen permettra la fabrication du "pain d'abeilles".

Dès le mois de février, les pissenlits, et même les primevères

sont butinées. Ne coupez pas votre  herbe trop tôt, laissez des

zones un peu sauvages où se  développeront toutes ces fleurs vitales.

La bourrache commence déjà sa floraison : les abeilles l'adorent !

En mars, la végétation n'est pas encore à son maximum              

les rares arbres fleuris sont essentiels pour les abeilles, qu'elles

soient sauvage ou de ruche. Le prunus, le merisier ouvrent le bal,

suivis de près  par les pruniers, puis les cerisiers.

Le romarin enfin débute sa floraison tôt dans l'année, souvent dès la

première quinzaine de mars.

                                             Le merisier, du fait de sa floraison précoce

                                             est une excellente source de nectar pour

                                             toutes les abeilles en sortie d'hiver

Toutes les plantes ci-dessus sont adaptées à nos sol et à

notre  climat de Savoie. En les installant sur votre terrain, vous

aiderez les abeilles à redémarrer leur année dans de

bonnes conditions !

A partir d'avril, la végétation et les floraisons se développent.

Les poiriers et enfin les pommiers, abondants chez nous, leur

permettent de nourrir les jeunes larves qui se multiplient.

Jusqu'en juillet, la nature leur offre mille-et-une fleurs, et les abeilles s'activent pour faire des réserves pour l'hiver.

Mais la période de disette, pour les abeilles, commence dès la fin juillet.

Elles apprécieront de trouver de la nourriture dans vos jardins

En août et septembre fleurissent les buddléias, les asters, les althéas, les cosmos, la lavande, la marjolaine, la spirée arbustive, les roses trémières, mais aussi quelques fleurs sauvages comme le trèfle et la scabieuse, et celles du potager (courges, potimarrons etc...)

En octobre, cela se raréfie, mais les asters, les roses trémières sont souvent encore fleuries.

Toute plante butinée en octobre est la bienvenue, comme les abelias. La pulmonaire est alors fortement butinée.

                                                                                         La pulmonaire, grace à sa floraison tardive, permet

                                                                                         aux abeilles de compléter leur stock pour l'hiver

    

COMMENT POUVEZ VOUS SAUVER LES ABEILLES ? (bis) 

  Attentions aux insecticides  !   

L'idéal est évidemment de pas les utiliser. Nous y arrivons, pourquoi pas vous ? Mais il est clair que, face à certains insectes parasites, de nombreux jardiniers amateurs ne savent pas comment se passer des produits phytosanitaires. Ne leur jetons pas la pierre, mais aidons les à rester raisonnables.

Il y a quelques règles simples qui permettent de limiter les dégâts :

- jamais de traitement sur des bourgeons de fleurs, sur des fleurs. C'est évident, mais certains semblent avoir oublié cette règle de base. Il n'est pas inutile de la rappeler. D'autant que c'est interdit !

- éviter toute formation de flaques, y compris minuscules, d'eau polluée par un insecticide : les papilons et les abeilles viennent s'y abreuver !

- interdisez vous les néonicotinoïdes. Lisez les étiquettes avant d'acheter, avant d'utiliser vos vieux stocks :

Il y a en particulier 6 molécules à s'interdire :

-> Imidaclopride

-> Thiacloprid

-> Acetamipride

-> Clothianidine

-> Thiamethoxam

-> Fipronil (commercialisation et usage interdits en France)

 

- limitez les traitements préventifs. Par exemple, soyez attentifs aux jeunes pousses de vos rosiers. Si vous tenez à détruire les pucerons, ne traitez que lorsque les premiers pucerons apparaissent sur ces jeunes pousses.Un traitement modéré aura alors une efficacité maximale.

               Abeilles sur une scabieuse

                                  luisante (juillet)

Les photos et les textes de cette page sont propriété exclusive de l'Abeille-Saint-Michel, à Marthod.

Seule la municipalité de Marthod est autorisée à en faire usage.                                                          

La transmission du lien à vos amis est vivement recommandée !                                                          

Bruyère_PA268135.JPG
Merisier en fleur IMG_1669.JPG
Pulmonaire IMG_0553.JPG
IMG_0218.JPG
Pissenlit_4687.JPG
PIC_5525 S.jpg
Halicte PIC_5500 signéeL.jpg
IMG_1172.JPG
nomada  PIC_5828.jpg
Merisier en fleur IMG_1664.JPG